VICTOR CASTILLO, NUBIAN & BRUNO PONTIROLI
<< LE PAYS DU SERPENT >>
*
Vernissage vendredi 3 mai a 18h.
En présence des artistes
Exposition du 3 mai au 8 juin 2019

VICTOR CASTILLO:

Victor Castillo est né à Santiago du Chili en 1973. Il commence à dessiner à l’âge de cinq ans, inspiré par les dessins animés qu’il regarde à la télévision, par les films de science-fiction et les pochettes des disques que possède sa famille, comme The Wall des Pink Floyd. Après une expérience décevante en école d’art, il quitte le Chili en 2004 pour s’installer à Barcelone où il découvre les œuvres des grands maîtres espagnols, ce qui l’encourage à affiner sa technique picturale. Il s’établit comme un représentant du pop surréalisme et travaille avec la galerie Igaupop jusqu’à sa fermeture en 2010, ou il a commencé à exposer son travail à l’échelle internationale. En 2010, il part s’installer à Los Angeles où il vit et travaille désormais.
L’artiste donne vie, grâce à des techniques de peinture classique, à un univers étrange où les enfants reproduisent dans l’indifférence des scènes de violences qu’ils ont vues dans les médias. Castillo s’inspire des photographies de Martha Cooper montrant des enfants cherchant l’aventure dans un environnement urbain inhospitalier ; des photomontages de John Heartfield parodiant l’ascension du Nazisme dans les années 1930 ; des illustrations anciennes des livres pour enfant de Coré, très populaires au Chili et des apparitions hautement cinématographiques d’écoliers dans Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock.
L’œuvre de Victor Castillo est également connue pour sa conscience politique et pour son utilisation de l’humour pour remettre en question les opinions sur la nature humaine.
Les œuvres de Castillo ont été exposées dans des galeries et des musées du monde entier, dont l’exposition Apocalypse Wow au Museo D’Arte Contemporanea de Rome, en Italie. Il a créé des fresques d’intérieur à grande échelle pour de nombreuses institutions telles que le Musée national des Beaux-Arts de Santiago du Chili, le Musée d’art moderne de Chili et le Centre de culture contemporaine de Barcelone, en Espagne.

BRUNO PONTIROLI:

Né en 1981, Bruno Pontiroli vit et travaille à Paris.
Après des études à Supinfocom, il se tourne vers le dessin et la peinture pour exprimer son désir de création artistique.
Bruno Pontiroli crée des univers surréalistes habités par des personnages fantastiques: centaures, sirènes, et autres créatures s’amusent à contredire toutes les lois de la nature. Dans cette peinture poétique et mystérieuse, on y voit l’improbable se concrétiser. L’artiste donne vie à tous nos rêves d’enfants et apporte un nouveau regard sur le monde.En 2012, il obtient sa première exposition personnelle à la galerie Le Laboratoire de la Création de Paris. Depuis, ses œuvres sont exposées en France mais également en Europe et aux Etats-Unis.
Bruno Pontiroli est un rêveur. Il vit dans un nuage. Un avion s’écrase sur le nuage.
Il aime les images, il les a dans la tête, des choses lui apparaissent et de ses visions oniriques il fait naître un univers en partage où les centaures coupent aux ciseaux la tête de chevaux-hommes, les sirènes sont portées par des poissons qui ont des jambes, les dromadaires jouent à emboîter les uns les autres leurs bosses cubiques.

Toute chose est vivante : les nuages ont des vertèbres, les bonhommes de neige une moelle épinière.
Ils sont en vie. Pas pour longtemps, parfois : on peut les découvrir découpés par des hélices, éventrés sur le sol, écrasés contre un mur.
Dans un coin de la toile : une main aux doigts noués, un jongleur démembré, un nuage qui prend feu.
Rien n’est grave dans ses poèmes-images où la Poésie domine.
Les œuvres de Pontiroli ont leur [sur]réalité propre, l’improbable concrétise le sens, l’invraisemblance stupéfie le regard.
Se laisser traverser par leur lumière, c’est se laisser entraîner dans ses propres rêves.
Personne ne peut y voir la même chose.
Souvent, les enfants – et ceux, plus grands, qui ont gardé une âme d’enfant – vivent tout haut des histoires devant ses oeuvres.
Gris songe, bleu nuit : dans la palette du sommeil où le rêve prend vie, tout est possible.

NUBIAN:

Nubian (de son vrai nom Roch Marcorelles) est né en 1993 à Montpellier. Passionné de dessin, il s’initie vite à l’art urbain, et se lance dans des études d’illustration à l’IPESAA. Malgré le fait d’être un bon dessinateur, étudier l’art dans un cadre formel « l’empêchait de produire ce qui lui était toujours venu naturellement » et il prend la décision d’interrompre ses études avant d’obtenir un diplôme.
Durant quatre années, il s’investit pleinement dans la recherche esthétique et le travail du trait. Il construit œuvre après œuvre un univers onirique teinté d’étrangeté et de douceur. A la croisée de la science-fiction et des contes et légendes, il mêle des éléments de la vie réelle à un imaginaire poétique et même métaphysique, présentant un monde peuplé de créatures hybrides et foisonnant de vaisseaux étranges suspendus dans les airs.
Parfois inquiétant, mais jamais hostile, cet univers s’offre comme une invitation à rencontrer ses habitants, qui semblent évoluer harmonieusement en toute autonomie au sein de ses rêves éveillés.
Ce monde fantastique s’inspire souvent du lieu vécu par l’artiste. Si la ville de Montpellier trouve donc une place particulière dans les architectures qu’il érige, c’est son séjour à New York ou il a réalisé une fresque géante sur commande, qui a laissé l’empreinte de la mégapole dans ses œuvres.
Avant d’écouter son monde intérieur et de le retranscrire sur des feuilles de papier via l’acrylique et l’encre, Nubian s’est essayé au street art. Lassé de créer dans la précipitation des œuvres éphémères, le jeune artiste s’oriente désormais vers une carrière de peintre et dessinateur.